Intégrité et droit humain à l’eau en Amérique centrale

Le Rôle des Conseils communautaires de l’eau (CCE)

Notre devoir est de protéger le niveau des forêts et des eaux souterraines. Lorsque je suis entré en fonction, j’ai fait remarquer que le système de facturation n’était  pas transparent et risquait d’entamer sérieusement la confiance envers les CCE. […] Nous avons installé des compteurs d’eau pour garantir l’équité et l’accès. Ce fut un succès. ” 

María Del Rosario Pérez (Présidente du Conseil communautaire de l’eau d’Aldea San Juan, Municipalité de Salamá, Guatemala)

De nombreux Conseils communautaires de l’eau en Amérique centrale assoient leur légitimité en s’efforçant de travailler honnêtement, de manière transparente et  responsable, et avec le soutien de leur communauté. Notre rapport sur l’intégrité et le droit humain à l’eau en Amérique centrale met en évidence leur rôle essentiel de garants de la réalisation du droit humain à l’eau. Pourtant, ces organisations à but non lucratif gèrent le captage, le traitement et la distribution de l’eau, souvent avec peu de soutien de la part  des pouvoirs publics, dans des contextes réglementaires peu clairs, et sans grande capacité.

Basé sur des entretiens avec les présidents de Conseil communautaire de l’eau du Nicaragua, du Guatemala, du Salvador et du Costa Rica, et sur une étude de cas sur les questions de pollution de l’eau autour des plantations d’ananas au Costa Rica, le rapport se penche sur ce paradoxe.

Telecharger: Intégrité et droit humain à l’eau en Amérique centrale (ID du téléchargement invalide., ID du téléchargement invalide.)

Pour en savoir plus sur les travaux des Conseils communautaires de l’eau au Costa Rica, regardez cette vidéo du SIWI (AN, ES):