3 caractéristiques du meilleur journalisme d’investigation dans le secteur de l’eau

Compte rendu de conférence

La corruption dans le secteur de l’eau a un impact dramatique et mesurable sur les communautés pauvres à travers le monde. Les pratiques de passation des marchés déloyales, les branchements illégaux, et le détournement de fonds publics entre autres actes malveillants, servent à leur faire porter  le fardeau financier des services d’approvisionnement en eau, tout en les écartant des cadres de prise de décisions relative aux ressources en eau.

Là où  le journalisme d’investigation a mis les projecteurs sur les zones d’ombre, les organisations de la société civile et les communautés  qu’elles représentent ont bénéficié d’une plus grande transparence en matière de gestion de l’eau, d’engagement citoyen, de gouvernance réceptive, et d’amélioration des performance des services d’eau.
Lors la Semaine mondiale de l’eau de Stockholm en août 2015, le Réseau d’intégrité de l’eau (WIN) en collaboration avec  HELVETAS Swiss Intercooperation, et la Fondation Thomson Reuters, a organisé une session sur le thème : « Disséquer la contribution du journalisme d’investigation à l’intégrité de l’eau ».

La session, animée par le journaliste indépendant Fred Pearce (The Guardian, New Scientist), a été ponctuée par des présentations faites par:

  • Magda Mis, Fondation Thomson Reuters
  • Yogesh Pant, HELVETAS Népal
  • Jacopo Gamba, Réseau d’intégrité de l’eau

Les présentations ont été suivies d’un panel avec:

  • David Trouba du  Conseil de concertation pour l’approvisionnement en eau et l’assainissement (WSSCC)
  • Babatope Babalobi du Réseau des medias pour l’eau et l’assainissement (WASH), Nigéria
  • Stella Paul d’Inter Press Service (WASH), Inde
  • Selay Marius Kouassi de Media Production Professional, Côte d’Ivoire

Voici ce qu’ils ont décrit comme étant les meilleures caractéristiques du journalisme d’investigation :

 

Inclure des informations de sources variées et de provenances diverses pour assurer l’objectivité journalistique et éviter les reportages tendancieux

Magda Mis est reporter à la Fondation Thomson Reuters, qui couvre les faits faisant l’objet de peu d’attention de la part des médias traditionnels. Avec Katy Migiro, elle a écrit un article sur l’impact des prétendues ‘maffias de l’eau’ de Kibera, un bidonville de Nairobi au Kenya. (Lire Les femmes kenyanes payent le prix des ‘mafias de l’eau des bidonvilles’.) A l’issue d’entretiens avec divers acteurs, les deux journalistes révèlent que:

  • Les femmes des bidonvilles souffrent disproportionnellement des contrôles exercés par la mafia avec comme conséquence des coûts approvisionnement en eau élevés et l’impossibilité d’accéder à une eau à laquelle elles ont légitimement droit.
  • Les organisations caritatives locales de l’eau et leurs alliés de l’aide internationale travaillent sous la menace de la violence et font face à la réticence des responsables gouvernementaux.
  • Les responsables de l’eau reconnaissent non seulement que la corruption gangrène les milieux gouvernementaux mais également que les recettes publiques subissent d’importantes pertes (40 pour cent de pertes dus au  vol et aux fuites d’eau uniquement)

Voir Magda Mis évoquer le  journalisme d’investigation et le cas des mafias de l’eau à Kibera :

 

Faire en sorte que les récits soient fondés sur une connaissance approfondie de la question de sortes que les médias soient des sources de données et de perspectives fiables

Yogesh Pant est travaille pour Helvetas Intercooperation Népal, un programme d’une ONG suisse finançant des projets dans les pays du Sud. Reconnaissant le rôle vital des médias dans la sensibilisation aux problèmes de corruption et de gouvernance du secteur de l’eau, HELVETAS Népal a mis l’accent sur le renforcement des capacités et la formation des journalistes régionaux, qu’ils soient de la presse écrite, de la radio ou de la télévision. En ciblant les professionnels des médias, de nouveaux espaces ont été créés pour des informations et des faits relatifs à l’intégrité de l’eau, donnant du même coup, la parole aux communautés locales. En effet,  la présence de plus en plus visible des médias dans le secteur de l’eau encourage les citoyens à poser plus de questions aux décideurs et à exiger davantage d’actions.

Les thèmes sur lesquels Helvetas Népal a formé les professionnels des médias ont abouti à :

  • cinquante émissions hebdomadaires de 30 minutes diffusées par “Hamro Awaj” (‘Notre Voix’) sur les questions d’eau, d’assainissement et d’hygiène (WASH) qui étaient diffusées par 12 stations de radio à travers le pays, dont quatre axées spécifiquement sur les questions d’intégrité.
  • une audience publique organisée par des journalistes sur les questions de WASH et qui a permis aux habitants et aux fonctionnaires de contribuer, de débattre et de s’engager à entreprendre des mesures correctives.
  • un long métrage documentaire sur NTV (Télé Népal)

Voir Yogesh Pant évoquer la réussite du renforcement des capacités des médias en WASH au Népal :

 

Créer des opportunités permettant aux groupes citoyens de changer le paysage politique pour le bien commun

Jacopo Gamba travaille pour le Réseau d’intégrité de l’eau (WIN), une ONG engagée dans la promotion de l’intégrité en vue d’éliminer la corruption et améliorer les performances dans le secteur de l’eau à l’échelle mondiale. En examinant trois exemples de journalisme d’investigation dans le secteur de l’eau en Amérique latine –Brésil, Chili, et Colombie– il a identifié certaines similitudes dans ses résultats, à savoir:

  • Les situations hautement sensibles exigent que les journalistes créent des conditions de confiance, en se référant en particulier aux leaders communautaires reconnus le cas échéant, pour avoir accès aux informations.
  • Lorsque les changements politiques s’avèrent lents, les communautés s’en remettent à la couverture médiatique offerte par les journalistes d’investigation pour accélérer la réactivité des dirigeants gouvernementaux  à leurs besoins.
  • Lorsque l’attention des médias est mis en en péril par les menaces de violence punitive, les liens avec des organisations non gouvernementales locales peuvent fournir une protection et servir de sanctuaire aux journalistes d’investigation.

Voir Jacopo Gamba évoquer l’engagement des communautés auprès des journalistes d’investigation en Amérique latine :

 

Vous souhaitez visionner la  vidéo complète? Voir “Disséquer la contribution du journalisme d’investigation à l’intégrité de l’eau” sur YouTube.

Quel est votre point de vue sur les meilleurs caractéristiques du journalisme d’investigation dans le secteur de l’eau? Partagez-le dans les commentaires ci-dessous!