AMCOW s’engage à traiter les questions d’inégalités et d’intégrité dans le secteur de l’eau

Communiqué final souligne la nécessité de s'attaquer à la gouvernance et d’améliorer la transparence, la redevabilité et l'intégrité dans le secteur de l'eau

La Feuille de route de Dar es Salam pour l’atteinte des engagements de NGor sur la sécurité de l’eau et de l’assainissement en Afrique, publiée par le Conseil des ministres africains de l’eau (AMCOW) en juillet 2016 après la conférence tenue lors de la Semaine africaine de l’eau à Dar es Salam, met en exergue le lien entre la bonne gouvernance et la transparence et l’amélioration de l’accès aux services d’approvisionnement en eau et d’assainissement en Afrique. Par cette déclaration, l’AMCOW s’engage en priorité à prendre des mesures en matière de gouvernance et à s’attaquer spécifiquement à la nécessité d’améliorer la transparence, la redevabilité et l’intégrité dans le secteur de l’eau. Il fait suite aux nombreuses discussions sur la gouvernance auxquelles WIN (Réseau intégrité de eau) a participé au cours de la Semaine africaine de l’eau, y compris les discussions sur les changements politiques nécessaires à la réalisation des ODD (Session technique 3, Rubrique 4, Amélioration des politiques, du financement et du suivi).

340 millions de personnes sur le continent  n ‘ont pas accès à une eau potable de qualité   et le secteur de l’eau est confronté à des défis majeurs en raison des changements climatiques, de la croissance de la population et de  l’insuffisance des financements. La corruption sape les efforts de développement   et aura des répercussions sur l’atteinte des ODD. Pour réduire la corruption, nous avons besoin de plus d’intégrité, avec la transparence, la redevabilité, la participation et des mesures  anti-corruption comme piliers.

La volonté de l’AMCOW de s’attaquer explicitement à l’intégrité constitue un grand pas en avant.

 

Les changements de politiques nécessaires pour l’atteinte des ODD doivent prendre en compte l’intégrité

WIN a co-animé  un débat sur les changements politiques nécessaires pour l’atteinte des ODD lors de la Semaine africaine de l’eau, en partenariat avec la Banque Africaine de Développement et le Réseau africain des organisations de bassins (ANBO). Plus de 100 participants internationaux ont assisté à la session et étaient disposés à discuter ouvertement des voies et moyens d’inclure la corruption l’intégrité dans les reformes politiques.

Au cours de la session, le directeur de WIN, Frank van der Valk, a souligné l’importance de l’intégrité de l’eau pour l’atteinte les ODD. Il a signifié que l’intégrité de l’eau devrait faire partie intégrante des politiques, des lois et de la règlementation, de la gestion financière, de la planification et de la mise en œuvre des programmes et de leur suivi-évaluation et a insisté sur  l’importance d’établir des mécanismes d’intégrité de l’eau dès la conception et  la planification de nouveaux projets et programmes relatifs à l’eau. Stimuler la participation des citoyens, des consommateurs et des organisations de la société civile constitue l’un de ces mécanismes qui peuvent également renforcer la confiance envers les processus de réforme. Encourager un suivi indépendant par les médias, les institutions non gouvernementales et la société civile en est une autre.

Le Dr Lamine NDIAYE, Secrétaire technique permanent de l’ANBO, a également formulé des recommandations pour renforcer les institutions, affiner leur organisation, clarifier la base juridique des organisations de bassins existantes et investir dans le renforcement des capacités des parties prenantes.

 

Meilleur suivi pour une meilleure performance et plus de redevabilité

Dans le même cadre de travail sur l’amélioration des politiques, du financement et du suivi, plusieurs organisations, dont l’UNICEF et le Partenariat mondial de l’eau, ont également souligné la nécessité d’améliorer le suivi du secteur, en particulier des ODD. Les systèmes nationaux de suivi, de même que la capacité de gestion des données et l’échange d’informations doivent être renforcés.

Le suivi est un aspect important de l’intégrité de l’eau. Conformément aux recommandations contenues dans le Rapport mondial sur l’intégrité de l’eau 2016, les indicateurs de gouvernance pourraient être inclus dans les indicateurs de performance du secteur de l’eau.

Nous sommes heureux de constater que le suivi est également mentionné dans le communiqué final de l’AMCOW  en tant que quatrième domaine d’action prioritaire. La déclaration souligne le renforcement des capacités de l’AMCOW et l’amélioration du partage des connaissances comme deux moyens de « renforcer le cadre normalisé de suivi et d’établissement de rapports, fondé sur des données ouvertes, précises et désagrégées pour permettre le suivi et l’examen au niveau national, régional et mondial des progrès réalisés pour atteindre les engagements du secteur de l’eau en Afrique et les ODD ».