NOS PARTENAIRES DE LUTTE POUR L’INTÉGRITÉ DE L’EAU: TRANSPARENCY INTERNATIONAL BANGLADESH

ENTRETIEN AVEC LE DR. IFTEKHAR ZAMAN, DIRECTEUR EXÉCUTIF

Dr. Iftekhar Zaman, Executive Director of Transparency International Bangladesh
“En ce qui concerne l’integrité dans le secteur de l’eau, nous avons fait des progrès considérables, mais il reste encore beaucoup à faire”

Au cours des douze dernières années, le Dr Zaman a été le Directeur exécutif de Transparency International Bangladesh (TI-B), qui est aussi la plus grande section nationale de TI avec plus de 250 employés. En tant que membre élu du Conseil d’administration international de TI, le Dr. Zaman est reconnu mondialement pour ses contributions remarquables, son influence et ses actions pour plus de transparence et de bonne gouvernance au Bangladesh.

Le Dr Iftekhar Zaman a grandement contribué à la création du Réseau d’intégrité de l’eau du Bangladesh (BAWIN) *.

Dans l’entretien qui suit, il nous livre son point de vue sur l’intégrité, et ses impressions sur les progrès accomplis par BAWIN en matière de promotion de l’intégrité de l’eau au Bangladesh.

 

Pouvez-vous nous parler du travail que fait BAWIN actuellement pour promouvoir l’intégrité et la bonne gouvernance dans le secteur de l’eau au Bangladesh?

Les choses bougent. Au-delà  des évaluations nationales, des recherches en cours, des campagnes et des activités de plaidoyer, je voudrais souligner une initiative spécifique qui en cours qui suscite de l’enthousiasme: le partenariat entre BAWIN et l’Autorité d’approvisionnement en eau et assainissement de Khulna (KWASA). Le partenariat a été noué en vue de promouvoir l’intégrité et accroître la transparence, la redevabilité et la participation au processus d’approvisionnement en eau. Le travail repose sur l’approche de la Boite à outils de gestion de l’intégrité (IM Toolbox), qui a été adoptée par KWASA avec le soutien technique de WIN et de cewas.

BAWIN a non seulement facilité le renforcement des capacités de KWASA en matière d’intégrité, mais l’a également aidé à développer un modèle commercial et une feuille de route solide pour institutionnaliser l’intégrité de l’eau dans son bassin versant. C’est une première en matière de partenariat Gouvernement- ONG pour l’intégrité dans le secteur de l’eau au Bangladesh.

Lorsque j’ai rencontré personnellement le Directeur général et d’autres hauts fonctionnaires de KWASA, nous avons convenu d’explorer des options d’amélioration et de partage d’expériences avec les autorités paires en charge de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement. Travailler sur l’intégrité avec WASA Chittagong constitue notre prochaine étape.

BAWIN mène également des activités de plaidoyer. Pour marquer la Journée mondiale de l’eau 2016, nous avons organisé un événement national sur les droits de l’eau en collaboration avec onze autres organisations. Nous avons abouti à des conclusions et avons soumis des recommandations, y compris sur l’intégrité de l’eau, au Ministre des ressources en eau qui s’est engagé à apporter les réformes nécessaires dans le secteur. Nous avons également organisé des activités dans les écoles au profit de plus de 7 000 étudiants et de 2000 autres acteurs (enseignants, société civile) sur les liens entre les Objectifs De Développement Durable et les actions visant l’intégrité de l’eau.

En ce qui concerne la recherche, nous allons bientôt initier une étude sur l’utilisation et l’efficacité de la Station de Traitement des Effluents (STE) dans l’industrie du vêtement au Bangladesh dans une perspective d’intégrité de l’eau.

 

Comment ces programmes ont-ils été accueillis jusqu’ici au Bangladesh et avez-vous noté des impacts?

L’impact le plus important du travail de BAWIN à mon avis est que l’intégrité de l’eau occupe désormais une place prépondérante dans les discours sur le secteur de l’eau et qu’il existe une plate-forme pour discuter de l’institutionnalisation de l’intégrité de l’eau au Bangladesh. Avant BAWIN, TI-B préconisait la promotion d’une meilleure gouvernance dans le secteur de l’eau en termes de transparence, de redevabilité et de participation en général. Avec la création de BAWIN, l’opportunité nous a été donnée d’intégrer ces préoccupations sous la bannière de l’intégrité de l’eau de manière systématique. Ce changement ainsi que l’introduction d’outils pratiques tels que la Boîte à outils de gestion de l’intégrité ont été bien accueillis par les différentes parties prenantes et ont contribué  à obtenir l’adhésion du secteur public.

 

Où voyez-vous d’autres possibilités de collaboration avec WIN en vue de  promouvoir l’intégrité de l’eau dans le secteur?

Nous avons fait des progrès considérables, mais il reste encore beaucoup à faire. Nous souhaiterions mobiliser plus d’informations fondées sur des données probantes pour souligner la nécessité de poursuivre le travail en faveur de l’intégrité de l’eau. Selon les ressources disponibles, nous pourrions mener une enquête nationale pour évaluer la nature et l’ampleur des lacunes en matière d’intégrité, des risques et du coût de la corruption et pour identifier les points d’entrée potentiels des interventions en faveur de l’intégrité.

Nous souhaitons élargir nos activités de sensibilisation à plusieurs niveaux: impliquer un plus grand nombre de personnes, en particulier les jeunes; impliquer les médias, en particulier par le renforcement de leurs capacités et compétences sur les questions liées à l’intégrité de l’eau; explorer les possibilités de travailler avec des ONG nationales et internationales, principalement celles axées  sur les problèmes de WASH. Le renforcement de la plate-forme de collaboration créée par BAWIN permettra de consolider un environnement déjà propice à l’exigence d’intégrité, de transparence, de redevabilité et de participation dans le secteur de l’eau.

 

Quels défis actuels et futurs selon vous, pourraient entraver la réduction de la corruption dans ce secteur?

L’intégrité fait déjà partie intégrante des engagements politiques et institutionnels. La Stratégie nationale d’intégrité adoptée par le Gouvernement du Bangladesh en est un bon exemple. Les Objectifs de Développement Durable renforcent l’importance de ces engagements et offrent de nouvelles opportunités de promotion de l’intégrité dans le secteur de l’eau.

Cependant, comme dans d’autres secteurs, un changement de mentalité ne se produit pas du jour au lendemain. Des progrès ont été accomplis, par exemple avec l’adoption réussie d’outils d’intégrité par KWASA. Mais, dans d’autres organismes similaires, les inhibitions personnelles et la résistance au changement entravent les avancées. Une question tout aussi importante à cet égard est le manque de capacité. Davantage  de capacités permettraient aux dirigeants de traduire sans crainte, la volonté politique professée, en action.

Bien qu’il y ait un grand mécontentement à l’égard des effets néfastes de la corruption et une quasi-absence d’intégrité, les gens ne sont généralement pas suffisamment prêts pour adopter une position ferme contre les problèmes. Cela s’explique principalement par le manque de confiance quant à l’application effective des lois et à l’efficacité des institutions chargées de la lutte contre la corruption. Il existe en effet une tendance à considérer la corruption et la mal gouvernance comme des modes de vie, ce qui représente une difficulté majeure du côté de la demande.

 

Comme vous le savez, d’importantes sommes s sont investies dans les projets climatiques. TI-B a à mis en place avec succès le Programme de suivi du financement du climat. Sur la base de votre expérience, où voyez-vous les failles liées à l’intégrité l’eau et dans les projets climatiques?

En parallèle avec BAWIN, nous avons développé avec succès une méthode de suivi pratique de la gouvernance des projets financés par des fonds de financement du climat et mis en œuvre à la fois par le gouvernement et les ONG. Au cours du processus de suivi, nous examinons la transparence et la redevabilité dans l’ensemble de la chaîne de valeur des projets, depuis le stade de  l’approbation du projet jusqu’aux procédures de mise en œuvre. Nous avons commencé cette activité comme projet distinct avant de l’intégrer il y a peu au programme principal de TI-B. TI-B a réussi à sensibiliser sur la nécessité d’une gouvernance efficace des mécanismes de financement du climat au sein du gouvernement, et parmi les experts, les OSC ainsi que de plusieurs autres organismes internationaux concernés..

En ce qui concerne la pertinence de cette expérience pour nos travaux futurs au sein de  BAWIN, j’aimerais ajouter que de nombreux projets pertinents d’adaptation au changement climatique liée à l’intégrité de l’eau, en particulier les infrastructures de grande envergure, ont été et sont susceptibles d’être mis en œuvre par des institutions traditionnellement parmi les plus vulnérables à la corruption. De la même manière, les projets l’eau et pour lesquels l’intégrité est hautement indispensable,  sont également ceux qui nécessitent beaucoup de ressources et qui sont les plus vulnérables à la corruption. L’expérience de TI-B par rapport au Programme de suivi du financement du climat, combinée à la plate-forme d’opportunités déjà créée par  BAWIN, peut donc enrichir le contenu et la qualité de la mise en œuvre des projets d’intégrité de l’eau.

 

*À propos du Réseau d’intégrité de l’eau du (BAWIN)

BAWIN a été créé en 2011 sous l’initiative de Transparency International Bangladesh (TI-B) et du Réseau d’intégrité de l’eau (WIN). BAWIN est un réseau multipartite comprenant des institutions du secteur de l’eau issues de la société civile au niveau national et infranational ainsi que des individus engagés. BAWIN fait la promotion de l’intégrité du secteur de l’eau au Bengladesh à travers la recherche, des campagnes et le plaidoyer pour susciter l’engagement de diverses parties prenantes. Les membres de BAWIN comprennent le Partenariat Bengalais de l’eau (Bangladesh Water Partnership), Transparency International Bangladesh, WaterAid Bangladesh, le Forum des ONG pour l’approvisionnement en eau potable et l’assainissement, Bangladesh Poribesh Andolon, VOICE, le Centre Bengalais des hautes études, BRAC, Nagorik Uddyog, LEDERS, l’Institut de l’eau et de l’environnement et Initiative for Right View. Transparency International Bangladesh (TI-B) et le Water Integrity Network (WIN).

Plus particulièrement, BAWIN:

  • Stimule le débat public et le soutien à l’intégrité dans le secteur de l’eau au Bengladesh en faisant la promotion de la transparence et de la redevabilité  dans les politiques et les actions touchant au secteur;
  • Aide les institutions du secteur de l’eau à améliorer sensiblement la transparence et la redevabilité dans leurs politiques, leurs programmes et leur fonctionnement à travers le partage de connaissances, des actions de plaidoyer fondés sur des faits, des campagnes et l’engagement;
  • Facilite les changements qui permettent d’améliorer le contenu et la qualité des services dans le secteur de l’eau, en mettant particulièrement l’accent sur les moyens de subsistance durables pour tous, en particulier les couches vulnérables et défavorisées de la société.

La vision de BAWIN est celle d’un secteur de l’eau au Bengladesh qui respecte les normes les plus élevées d’intégrité, de transparence et de redevabilité, afin que les hommes en général, et en particulier les pauvres et les personnes défavorisées soient rassurées de leur droit d’accès à l’eau pour la vie et les moyens de subsistance, sans être les victimes de la mal gouvernance et de la corruption.