MESURER LA CORRUPTION POUR RÉALISER LES ODD

NOUVEAU GUIDE ET EXEMPLES D’INDICATEURS POUR RENFORCER LE CADRE DE SUIVI DES ODD EN TENANT COMPTE DE LA CORRUPTION

2017-04-19 14_42_13-2017_MonitoringCorruptionSDGs_EN (1).pdfLa semaine dernière, Transparency International a publié un guide de ressources sur la lutte contre la corruption et son suivi pour les Objectifs de Développement Durable (ODD). Le guide souligne le rôle important des Organisations de la Société Civile dans le suivi de la corruption. Il souligne également des difficultés majeures liées à la manière dont les mécanismes officiels de monitoring des ODD prennent en compte la corruption et préconise l’intégration des rapports sur la corruption dans les ODD.

La corruption est un facteur limitant les processus de développement et affectant directement l’atteinte des ODD, et pas seulement l’ODD 16. Il doit donc être pris en compte dans son entièreté. Pour ce faire, le rapport propose des lignes directrices qui pourraient permettre d’identifier les indicateurs potentiels et les sources de données. Des exemples d’indicateurs sont également proposés pour le suivi de la corruption pour cinq principaux ODD.

Ayant eu le privilège de contribuer à l’élaboration du rapport, je partage quelques réflexions sur le rôle que joue le monitoring ou le suivi de la corruption et de l’intégrité dans l’accompagnement de l’atteinte des ODD ;  en particulier de l’ODD 6: Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement.

 

L’IMPORTANCE DE DÉVELOPPER DES INDICATEURS D’EVALUATION DE LA CORRUPTION DANS LES ODD

Par définition, la corruption est un acte dissimulé: il n’y a pas assez de données et de preuves fiables sur l’ampleur du problème et son impact. Par  conséquent, il n’est pas toujours possible de suivre et donc, de contrôler la corruption par une approche fondée sur des données probantes. Il n’est pas toujours possible de savoir ce qui fonctionne vraiment dans la lutte contre la corruption, et si des progrès sont réalisés.

Il existe néanmoins des points de départ. Il existe des moyens de recueillir des données fiables et utiles pour alimenter les efforts de lutte contre la corruption. Il est possible, en utilisant des données de meilleure qualité, de susciter et de renforcer la volonté politique de lutter efficacement contre la corruption.

Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre le prochain scandale de corruption pour attirer l’attention sur l’ampleur du caractère coûteux et destructeur de la corruption et l’impact que cela  induit sur les efforts pour atteindre les ODD.

 

UNE APPROCHE SECTORIELLE DE LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION EST NÉCESSAIRE

Les indicateurs de corruption les plus fréquemment cités sont ceux qui visent à décrire le problème au niveau national. De tels indicateurs peuvent être utiles pour sensibiliser les populations et inciter les gouvernements à agir. Cependant, leur utilité est limitée lorsqu’il s’agit de prendre des mesures  pour lutter contre la corruption.

Cela s’explique en partie par le fait que certains risques de corruption ont tendance à être spécifiques à des secteurs donnés. Par exemple, un important domaine de risque de corruption dans le secteur de la santé concerne les soutiens financiers des compagnies pharmaceutiques aux unités de recherche médicale pour exercer une influence indue. Dans le secteur de l’eau, les clients peuvent avoir à  payer des pots-de-vin pour obtenir leur branchement au réseau hydraulique ou pour bénéficier de travaux de réparation. Étant donné que les indicateurs généraux de corruption manquent de granularité pour révéler des vulnérabilités propres aux secteurs, nous avons besoin d’indicateurs sur mesure pour pouvoir surveiller les risques et garantir que la corruption ne compromette pas l’efficacité des investissements à l’échelle mondiale.

 

INDICATEURS DE CORRUPTION POUR LE SUIVI DE L’ODD 6

goal6treeUne gouvernance faible, la corruption et le manque d’intégrité menacent directement la réalisation de l’ODD sur l’eau et, par extension, de nombreux autres ODD, dans la mesure où ceux-ci sont confortés par des problèmes d’eau et d’assainissement. Les acteurs, en particulier la société civile jouent un rôle important de soutien à l’élaboration d’un cadre de suivi des ODD qui aborde ces risques.

Le secteur de l’eau est particulièrement vulnérable à la corruption, en raison de la fragmentation territoriale et institutionnelle, les fortes sommes impliquées dans les projets d’infrastructures, de la marginalisation des communautés et des acteurs locaux, etc. Il existe également des risques de corruption et d’intégrité à tous les niveaux du secteur et lors de la mise en œuvre du projet: des conditions de politique et de cadre à l’interface consommateur en passant par la prestation de services. Les indicateurs doivent être capables de saisir cette diversité tout en facilitant la mise en œuvre pratique des décisions.

Alors, qu’est-ce que c’est qu’un bon indicateur? Comment les choisit-on?

Le choix des exemples d’indicateurs pour l’ODD 6 pour notre rapport dépend en partie de la disponibilité de données, ou du moins des expériences des différentes organisations en termes de collecte de données pour les besoins d’élaboration des indicateurs. Par exemple, quelques exemples d’indicateurs présents dans le guide de ressources sont des indicateurs d’intégrité de l’eau élaborés par le Groupe de travail sur la bonne gouvernance du ministère ougandais de l’eau et de l’environnement avec le soutien de WIN et de la GIZ. Ces indicateurs sont maintenant utilisés pour suivre la bonne gouvernance dans le sous-secteur de l’eau et de l’assainissement dans le pays et pourraient être adaptés et utilisés dans d’autres pays. D’autres indicateurs présentés ont été testés dans plusieurs pays. Par exemple, des données sur l’eau génératrice de  revenus sont disponibles et régulièrement mises à jour pour les sociétés de distribution d’eau dans 133 pays.

Lors de la sélection des indicateurs, il est également important de trouver un équilibre entre les indicateurs directs et indirects. Alors que les indicateurs directs peuvent aider à mesurer la prévalence et les coûts engendrés par  la corruption (p. ex., les actes de corruption mineure dans la prestation des services), les indicateurs indirects (p. ex., les risques d’approvisionnement, les niveaux de participation), permettre d’établir des exemples là où l’évaluation des actes de corruption directe n’est pas possible, ce qui, comme souligné, est souvent le cas. Ces indicateurs ‘sur mesure’ peuvent donner des signes d’alerte et les facteurs possibles de corruption, et peuvent donc être utiles pour orienter les interventions de lutte contre la corruption dans le secteur.

Nous au sein de WIN, avons intensifié nos efforts pour développer des indicateurs de corruption et d’intégrité dans le secteur de l’eau et pour produire des données sur ces indicateurs. Nous soutenons les organisations qui travaillent sur l’évaluation de la corruption, de l’intégrité et de la gouvernance et nous sommes impatients de coopérer avec les autres pour élaborer de cadres d’indicateurs solides. N’hésitez pas à nous contacter pour une future collaboration.