(c) Benedict Omondi (KEWASNET)

FORUM SUR L’INTÉGRITÉ DE L’EAU EN AFRIQUE DE L’EST 2017: METTRE EN RELATION POLITIQUE ET PRATIQUE

PRINCIPAUX MESSAGES ET ACTIONS DE SUIVI POUR LA PROMOTION DE L’INTÉGRITÉ DANS LE SECTEUR DE L'EAU

‘La question de l’intégrité est essentielle si nous voulons mieux exploiter les ressources que nous investissons dans le secteur de l’eau’.

-Son Excellence le Ministre d’Etat Kebede Gerba (Ministère éthiopien de l’eau, de l’irrigation et de l’électricité).

Lors du Forum sur l’intégrité de l’eau en l’Afrique de l’Est, tenu du 9 au 11 mai, plus de 140 acteurs, hommes politiques, organisations de la société civile, agences des Nations Unies et institutions de recherche ont partagé leurs expériences et discuté des actions indispensables au renforcement et à la promotion de l’intégrité dans le secteur de l’eau.

La conférence qui a duré trois jours est une initiative conjointe du Réseau d’intégrité de l’eau (WIN) et du Ministère éthiopien de l’eau, de l’irrigation et de l’électricité (MoWIE) en collaboration avec des partenaires tels que le Partenariat mondial de l’eau (GWP), l’IRC, l’Institut International de gestion de l’eau (IWMI), la Facilité gouvernance de l’eau du PNUD à SIWI, l’OCDE, la GIZ, MetaMeta et KEWASNET.

Le forum a examiné les perspectives, les défis et les solutions liées à l’intégrité, dans cinq domaines principaux, notamment:

  • Sécurité et intégrité de l’eau dans les bassins fluviaux,
  • Investir dans les infrastructures hydrauliques de la croissance économique et du développement durable,
  • Assurer la transparence dans la gestion et les services urbains intégrés de l’eau et des eaux usées,
  • Gestion communautaire de l’intégrité de l’eau et de l’assainissement et milieu rural et périurbain,
  • Renforcer la résilience aux phénomènes et aux catastrophes climatiques.
WIForum_Addis_201715
Braintorming conjoint et travaux de groupe pendant les sessions parallèles  du forum

(c) Pilar Avello

 

DES QUESTIONS D’INTÉGRITE DEMEURENT DANS LE SECTEUR DE L’EAU

Les principales questions d’intégrité ont été identifiées lors des sessions parallèles, en lien avec les thèmes principaux du forum, notamment:

Infrastructures: une culture de construction-négligence-reconstruction s’est installée dans le domaine des infrastructures d’eau, ce qui entraîne une mauvaise performance des services publics et crée et perpétue la corruption institutionnalisée.

Changement climatique: les inondations et sécheresses fréquentes qui affectent les milieux urbains, l’agriculture, la qualité de l’eau et les ‘infrastructures hydrauliques, doivent être traitées comme des problèmes d’intégrité.

Suivi: il est nécessaire de disposer d’un cadre de suivi holistique et structuré qui prenne en compte la gouvernance de l’eau. Il n’y a pas une compréhension commune de l’intégrité de l’eau ni de cadre pour la suivre. Peu d’informations et de preuves sont disponibles sur la situation de l’intégrité, d’où l’urgence de mener des études de base.

‘Nous ne pouvons pas prouver ce que nous ne pouvons pas mesurer– nous avons besoin d’un cadre systématique pour mesurer la gouvernance de l’eau.’

-Joannie Leclerc, Représentante de SUEZ et l’Initiative de l’OCDE pour la gouvernance de l’eau.

Systèmes nationaux d’intégrité: les cadres politiques de gestion de l’intégrité de l’eau sont inexistants au niveau national dans les pays d’Afrique de l’Est. Nous devons faire pression pour l’institutionnalisation de la pratique de l’intégrité à tous les niveaux.

Gestion de l’eau en milieu urbain: dans le cadre de la gestion intégrée de l’eau en milieu urbain, des problèmes d’intégrité apparaissent dans la mauvaise qualité des services offerts, la malhonnêteté et les pratiques corrompues. Il est nécessaire de procéder à une meilleure application des principes et pratiques de gouvernance de l’eau.

Participation de la communauté: pour une plus grande intégrité dans le secteur de l’eau, les capacités des OSC doivent être renforcées, des structures communautaires plus inclusives et des plates-formes communes d’engagement doivent être mises en place. En particulier, la participation de la communauté doit être institutionnalisée en tant qu’élément central et efficace des politiques et des lignes directrices.

‘Le fossé est encore grand entre le rôle de la société civile et celui de la communauté dans la gouvernance de l’eau.’

-Bethlehem Mengistu de Water Aid lors du panel de discussion.

 

JOINDRE L’ACTE A LA PAROLE: LES ACTEURS S’ENGAGENT A FAIRE PROGRESSER L’INTEGRITE

Les acteurs prennent l’initiative de mettre en œuvre des plans solides de promotion de l’intégrité de l’eau en Afrique de l’Est, par exemple en soutenant le développement de comités de pilotage de l’intégrité ou d’une plateforme de renforcement des capacités.

 

LE SUIVI, LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS, LA PROMOTION ET LA PARTICIPATION PARMI LES BESOINS LES PLUS PRESSANTS

‘L’intégrité est l’ingrédient essentiel pour améliorer les performances du secteur.’

–Sareen Malik (KEWASNET)

Le panel de clôture a rappelé certains des résultats et messages clés tirés du forum de trois jours et des affiches présentées par les participants.

2017-05-11 13_57_32-WaterGovernance
Définition d’une liste d’activités potentielles d’intégrité de l’eau pour l’Afrique de l’Est en utilisant le mur de l’intégrité

(c) Water Governance Facility

  • De meilleurs systèmes de gestion des connaissances pourraient être créés en mettant en place une plateforme d’intégrité de l’eau où davantage d’informations sur l’intégrité de l’eau seront partagées (telles que des cas de réussite, des cas pratiques, etc.).
  • Il n’est pas nécessaire de réinventer la roue en termes de suivi, mais plutôt d’appliquer une approche plus ciblée et plus précise pour recueillir de meilleures preuves et convaincre davantage de gens que l’intégrité de l’eau est un investissement qui en vaut la peine.
  • Il est important de veiller à ce que l’utilisation des outils d’intégrité soit mise à l’échelle et que les outils appropriés soient utilisés par des acteurs pertinents.
  • Il est nécessaire de renforcer le plaidoyer afin non seulement de susciter l’intérêt et l’action, mais également d’améliorer l’image de l’intégrité dans le secteur de l’eau. Travailler en partenariat, et par exemple avec AMCOW et SWA, est une piste intéressante  à explorer en ce sens.
  • Les praticiens de l’intégrité de l’eau doivent continuer de soutenir et de former des champions de l’intégrité, qu’ils soient des acteurs étatiques ou non étatiques.
  • Les acteurs communautaires et ceux de la société civile ont un rôle essentiel à jouer dans la promotion de l’intégrité. Les OSC sont plus au parfum des besoins de la communauté et sont en mesure de savoir si les politiques sont mises en œuvre et d’évaluer leur état de fonctionnement.
  • Les bailleurs de fonds doivent reconsidérer leurs stratégies de financement et rendre disponibles davantage de ressources pour les problèmes ‘logiciels’ tels que la gouvernance et l’intégrité, notamment le renforcement des capacités, le partage des connaissances et la participation de la communauté, plutôt que les problèmes ‘matériels’.

‘L’engagement et la participation de la communauté sont essentiels lorsqu’il s’agit de promouvoir l’intégrité. Le rôle des OSC est de superviser les politiques mises en œuvre et de vérifier si elles fonctionnent ou pas.’

-Doreen Wandera (UWASNET)