Photo by Shahab Naseri, WIN Photo Competition 2019 - Winner

Les gagnants du concours photo 2019: L’intégrité de l’eau et le genre

L'intégrité de l'eau et le genre

Félicitations aux gagnants du concours photo WIN 2019 sur l’intégrité de l’eau et le genre! Nous sommes à nouveau éblouis par les images incroyables que nous avons reçues. Merci à ceux qui ont participé et réfléchi au rôle des femmes dans le secteur de l’eau et à l’importance du genre pour la réflexion sur l’intégrité de l’eau. Un grand merci également aux juges de ce concours, pour leur soutien, leur temps et leurs contributions.

Ce que nous voyons sur ces superbes photos, ce sont des femmes et des filles au premier plan: des femmes qui fournissent et gèrent de l’eau, des femmes qui travaillent et se battent pour une meilleure eau, pour leur survie, pour leur subsistance et celle de leurs communautés. Nous voyons également des femmes exposées et vulnérables, en particulier aux mauvais services, aux maladies d’origine hydrique, à la pollution et à la corruption sous toutes ses formes.

Les photos sont à bien des égards typiques du secteur de l’eau, avec les femmes au centre des préoccupations. On sait que les femmes sont les principaux collecteurs et gestionnaires d’eau pour les ménages dans la plupart des régions du monde. Cela contraste clairement avec ce que nous savons être la réalité des processus décisionnels du secteur de l’eau. En 2014, les femmes représentaient moins de 17% de la main-d’œuvre WASH dans les pays en développement. Les femmes étaient particulièrement sous-représentées dans les emplois techniques, les postes de direction et les postes de décision. La situation est similaire dans les autres sous-secteurs de l’eau.

L’intégrité de l’eau c’est s’assurer que les ressources et les services d’eau vont là où ils sont destinés et nécessaires, pour que l’eau soir gérée de manière équitable et durable. Lorsque les ressources et les services ne profitent pas aux nombreuses personnes qui en ont besoin et lorsque nous voyons ces femmes qui subissent les conséquences d’un service médiocre et d’un accès limité, nous constatons un manque d’intégrité. Ce manque est d’autant plus grave que ces mêmes femmes sont rarement impliquées dans les processus de prise de décision qui les concernent.

Il est important de regarder avec attention les images que nous voyons de femmes dans le secteur de l’eau, pour prendre note des racines du problème d’accès à l’eau. Il est temps de renforcer l’intégrité de l’eau avec un accent sur le genre. Nous devons renforcer notre compréhension de la nature de la corruption et de la mauvaise intégrité en fonction du genre. Nous devons publier des données désagrégées par gendre. Nous devons de toute urgence concevoir des outils pour l’intégrité qui soutiennent aussi l’égalité entre les sexes.

Voici donc tous les gagnants de cette année:

 

1.

Water Integrity Network Photo Competition 2019. Shahab Naseri.

Shahab Naseri

Une fille d’une tribu nomade porte deux litres d’eau à la tente de sa famille. Elle est obligée de faire cela quotidiennement afin de subvenir aux besoins de sa famille. Ils vivent dans des bidonvilles et sont généralement exclus de l’accès aux services de base tels que l’eau, l’électricité, le chauffage et l’éducation. (Bandar Khamir, Iran).

 

2.

Water Integrity Network photo competition 2019. Debdatta Chakraborty. The Grass Cutter.

Debdatta Chakraborty

The Grass Cutter. Pendant les pluies, dans les zones basses du Gange, des cordes sont fabriquées à partir d’herbes à feuilles longues. Les plantes sont d’abord coupées et immergées. Une fois que les feuilles sont pourries, la veine centrale est séparée à la main et utilisée comme longue fibre pour fabriquer des cordes naturelles. Ce travail est principalement effectué par des femmes, immergées dans des eaux polluées. En plus d’être mordus par des serpents et des sangsues, elles sont alors vulnérables aux maladies d’origine hydrique. Les campagnes de sensibilisation à l’assainissement domestique ont récemment permis de réduire un peu les facteurs de risque, mais les femmes des zones rurales restent particulièrement vulnérables. (Inde).

 

3.

Water Integrity Network photo competition 2019. Sandipan Mukherjee

Sandipan Mukherjee

Daily Drama. Ces dernières années, la contraction des glaciers dans l’Himalaya en raison du changement climatique a affecté tous les fleuves du nord de l’Inde. L’exploitation intensive des eaux souterraines a également privé une grande majorité de la population, la plupart du temps défavorisée, d’un accès égal à de l’eau potable. Cette image a été prise dans un bidonville de Salimpur à Kolkata. Le robinet,qui fournit de l’eau quatre heures par jour au total, est la seule source d’eau pour les centaines de familles qui résident aux alentours. Avec si peu de provisions et tant de preneurs, des querelles et des combats acharnés sont des affaires régulières. Les femmes ici se disputent, tandis que deux jeunes filles regardent. De nombreux seaux sont en attente d’être remplis. Quand on regarde ces femmes, on ne peut s’empêcher de penser que ces affrontements risquent de devenir plus laids et plus fréquents. (Inde).

 

Top 10

Water Integrity Network Photo Competition 2019. Biswajit Patra

Biswajit Patra

Solutions in Need. Dans les districts arides du Bengale occidental, où la pénurie d’eau est un problème épineux, les autorités locales qui mettent en œuvre un programme d’approvisionnement en eau, emploient des femmes locales pour creuser un étang et assurer l’approvisionnement en eau des villageois en eau. Le programme contribue à l’autonomisation des femmes qui reçoivent un salaire journalier. (Inde).

 

Water Integrity Network Photo Competition 2019. Keyvan Jafari

Keyvan Jafari

Women rice farmers. Environ un tiers de la superficie totale de l’Iran convient aux terres agricoles, mais en raison de la mauvaise qualité des sols et de l’absence de distribution adéquate de l’eau dans de nombreuses régions, la majeure partie n’est pas cultivée. Seulement 12%  de la superficie totale des terres sont cultivées et moins du tiers de la superficie cultivée est irriguée; le reste est consacré à l’agriculture en zone aride. Les parties ouest et nord-ouest du pays ont les sols les plus fertiles. L’indice de sécurité alimentaire de l’Iran est d’environ 96%. Le travail des riziculteurs fournit de la nourriture pour nos vies. (Iran).

 

Water Integrity Network Photo Competition 2019. Indrajit Kumer Ghosh

Indrajit Kumer Ghosh

Demonstration for water. Des habitantes de Dacca manifestent, bloquant une portion de route et tenant des pichets à l’envers pour symboliser la pénurie d’eau. Les habitants sont descendus dans les rues pendant près d’une heure pour demander l’approvisionnement en eau. La crise de l’eau est devenue aiguë dans de nombreuses parties de la capitale, rendant la vie des résidents particulièrement difficile. (Bangladesh)

 

Water Integrity Network Photo Competition 2019. Debasis Chakraborty

Debasish Chakraborty

 

 

Water Integrity Network Photo Competition 2019. Supratim Bhattacharjee

Supratim Bhattacharjee

Sinking Sundarbans. September 20, 2017. Une femme va chercher de l’eau potable, luttant contre les raz de marée sur l’île de Sagar, à Sundarbans, en Inde. La région du delta indien s’étend sur environ 4000 km². Elle est recouverte de la plus grande forêt de mangroves du monde, composée de 102 îles marécageuses dont 52 seulement sont habitées par des humains. Les habitants de la région dépendent en grande partie des ressources naturelles de la région pour leur subsistance. Le réchauffement climatique est la principale menace pour cette région du delta. Il en résulte actuellement des inondations dévastatrices, des tempêtes intenses, des pluies torrentielles et une élévation du niveau de la mer. À Sundarbans, le niveau de la mer augmente chaque année de 3,14 mm. Lorsque l’élévation du niveau de la mer augmente la salinité de l’eau, elle dégrade la qualité du sol et réduit encore le rendement des cultures. L’eau potable devient de plus en plus difficile à trouver chaque jour qui passe. Au fur et à mesure que l’eau dévorera les îles, les experts prédisent que dans les 50 prochaines années, 25% des terres des Sundarbans seront dévastées. (Inde)

 

Water Integrity Network Photo Competition 2019. Sudipta Maulik

Sudipta Maulik

River bathing. En Inde, dans les zones rurales des zones sèches, les toilettes et les salles de bain ne sont pas utilisables en raison du manque d’approvisionnement en eau. Bien que le gouvernement alloue des fonds pour l’approvisionnement de l’eau et pour les installations sanitaires en milieu rural, de nombreuses femmes continuent de se baigner en plein air avec l’eau de rivière disponible. La situation est encore pire lors des journées chaudes et sèches de l’été. (Purulia, Inde).

 

Water Integrity Network Photo Competition 2019. Imasiko Nyambe

Imasiko Nyambe

Des femmes et des enfants font la queue pour acheter de l’eau au robinet dans une zone inondée du district de John Laing à Lusaka. Le robinet a été mis en place par une ONG en collaboration avec la Société d’eau et d’assainissement de Lusaka (LWSC) à l’initiative de la communauté. Il est géré par les femmes de la communauté qui reçoivent une commission de l’ONG sur l’eau vendue. À moins qu’un ménage puisse creuser son propre forage et installer une pompe à eau, il utilise cette eau. (Lusaka, Zambie).

 

Vous cherchez plus? Voir les gagnants de nos éditions précédentes:

2018: Where and How Does Money Flow in the Water Sector?

2017: Wastewater and Water Integrity

2013: Cooperation for Integrity

2012: Water Integrity and Water for Food

2011: Water Integrity and Urban Water

2009: The Impact of Corruption in the Water Sector