Photo by Helvetas Nepal for the Multi-Country Water Integrity Programme

Études sur les Programmes de redevabilité sociale au Népal et en Éthiopie

Le Rôle des mesures de redevabilité sociale dans l'amélioration de l'Intégrité de l'eau et de la prestation de services

Dans une nouvelle publication du U4 Anti-Corruption Resource Centre et de WIN, les auteurs analysent des études de cas sur les processus de redevabilité sociale en Ethiopie et au Népal, en utilisant comme outil de recherche les quatre piliers du Mur de l’intégrité de WIN : Transparence, Redevabilité, Participation et Lutte contre la corruption, TAPA.

La publication conclut que le renforcement de la participation des utilisateurs au sein des communautés repose sur le temps, la négociation et la localisation. Les bailleurs de fonds doivent reconnaître comme étape essentielle, l’établissement de la confiance des utilisateurs au processus et leur capacité à s’élever contre les insuffisances en matière d’intégrité. Les praticiens doivent en outre examiner régulièrement les liens entre les principes de TAPA dans le contexte local pour s’assurer de leur efficacité.

Les programmes locaux de budgétisation participative et transparente examinés dans chaque cas ont pris des mesures pour assurer l’accessibilité de l’information aux utilisateurs, renforcer la transparence et la sensibilisation ; cependant, certaines lacunes persistent en raison du manque de connaissances techniques, du faible intérêt des utilisateurs analphabètes pour les processus financiers et de l’inadéquation entre le système et les besoins de certains utilisateurs. Les programmes ont également fourni des manuels et des formations pour clarifier les rôles et responsabilités – une étape importante vers une meilleure redevabilité, mais les délais nécessaires à la formation et les changements fréquents au sein des comités de surveillance ont montré que l’institutionnalisation des chaînes de redevabilité exige du temps et des efforts pour être en phase avec les communautés locales. Dans les deux pays, les programmes ont pris des mesures pour optimiser la participation au processus budgétaire. L’analyse a montré qu’en dépit de l’acharnement des structures de pouvoir locales à faire  obstacle à la participation, le processus a ouvert la voie au renforcement de la confiance et des compétences de négociation, ainsi qu’à une meilleure reconnaissance des droits de toutes les parties prenantes. Les programmes ne mettent pas l’accent sur les mesures de lutte contre la corruption, mais la domination de certains individus met en évidence les déséquilibres entre les pouvoirs locaux.

Lire l’étude complète en anglais :

Responsabilité sociale et intégrité de l’eau : Tirer les enseignements de l’expérience de l’Éthiopie et du Népal en matière de budgétisation participative et transparente

Un rapport U4 de Birke Otto, Floriane Clement, Binayak Das, Hari Dhungana, Lotte Feuerstein, Girma Senbeta et Jasmina Van Driel. Editeur de séries : Monica Kirya