Nouvelle recherche: Canalisations, politique, et argent public

Rapport sur l'intégrité dans la gestion des finances publiques du secteur de l'eau dans les comtés kenyans

Le gouvernement kenyan s’est engagé à réaliser l’objectif de l’accès universel aux services d’eau et d’assainissement d’ici 2030, mais le taux de couverture de ces services (eau et assainissement) est encore faible (57 % et 25 % respectivement) et a très peu augmenté au cours des deux dernières années. Pour améliorer et réaliser les droits humains à l’eau et à l’assainissement inscrits dans la constitution kenyane, il est urgent de faire en sorte que les financements disponibles soient utilisés de manière efficace et efficiente, et de créer un environnement favorable à l’augmentation des financements.

Nouvelles recherches sur la gestion des finances publiques dans le secteur du WASH

Canalisations, politique et argent public est un rapport sur une nouvelle recherche de KEWASNET et WIN qui montre comment l’intégrité dans la gestion des finances publiques peut être renforcée pour accroître l’efficacité du secteur du WASH et la redevabilité envers les citoyens. Elaboré en partenariat avec le Ministère de l’Eau et de l’Assainissement du Kenya et le Conseil des Gouverneurs, le rapport examine en détail dans quelle mesure la règlementation, les institutions et les processus de prise de décision du secteur en matière d’allocation et de gestion des ressources sont appliqués de manière transparente, redevable, participative, suivis et contiennent des garanties pour prévenir et sanctionner la corruption.
Le rapport met en évidence certains problèmes d’intégrité qui freinent le secteur et indique la voie à suivre pour que les parties prenantes du secteur de l’eau au Kenya tiennent leurs promesses. Après l’adoption de la Constitution en 2010 et la promulgation de la Loi sur l’eau de 2016, le rapport donne pour la première fois un aperçu des principaux risques et « fuites » dans le système tel qu’il est désormais géré au niveau décentralisé. Comblant le fossé entre la politique et la pratique, et entre les secteurs du WASH et des finances publiques, il explique également en détail pourquoi le suivi budgétaire est si complexe en termes de systèmes informatiques, de rapportage et de responsabilités.

Télécharger le rapport complet en anglais:

Risques d’intégrité et nouvelles pratiques de redevabilité

Le rapport identifie des risques d’intégrité importants. Par exemple, les arrangements institutionnels sont nouveaux et la méfiance est toujours de mise dans les relations entre les gouvernements des comtés et les prestataires de services d’eau, en particulier parce que les parties prenantes ne savent toujours pas clairement qui est responsable devant qui et comment les choses doivent se faire dans la pratique. La conséquence est que les prestataires de services d’eau sont vulnérables aux ingérences politiques excessives et les gouvernements des comtés se bousculent pour obtenir plus d’informations. Les préoccupations concernant la participation du public figurent également dans le rapport : bien que les mécanismes de participation du public soient déjà ancrés, en particulier au niveau des comtés et surtout lors de la phase de planification, ils manquent de cohérence sur l’ensemble du cycle de vie du budget.

Le cœur du rapport Canalisations, politique et argent public est qu’il met en lumière l’inventaire des nouvelles pratiques de redevabilité et des recommandations stratégiques. Il faut davantage de lignes directrices sur la gestion des finances publiques, sur la rédaction de rapports et sur la répartition des responsabilités. Les mécanismes de redevabilité doivent être réunis et renforcés, afin de mettre en cohérence ce que fait le comté et ce que font les prestataires de services d’eau, en s’appuyant sur les expériences plus solides de la participation du public à la phase de planification. Il est également essentiel de s’assurer que les conseils des prestataires de services d’eau possèdent l’expertise et les connaissances nécessaires et qu’ils soient nommés à travers une procédure régulière.

Le rapport est conçu comme une ressource et une motivation pour inviter les parties prenantes du secteur à une meilleure coordination et à une plus grande intégrité. Lors du lancement officiel du rapport le 31 juillet 2019 à Nairobi, Joseph W. Irungu, Secrétaire général du Ministère de l’Eau et de l’Assainissement a clairement déclaré que « le statu quo n’est pas suffisant pour vivre selon nos ambitions ». Il a ajouté, s’adressant à une assemblée d’environ 60 personnes représentant le secteur WASH au niveau national et des comtés, les partenaires au développement et les OSC du secteur WASH et des finances publiques, que « les recommandations du rapport sont un appel à nous tous présents dans cette salle, à jouer notre partition dans le colmatage des fuites constatées dans les systèmes». Changer les pratiques d’intégrité ne se fera pas du jour au lendemain, et l’éradication de la corruption est une tâche ardue. Ce gouvernement a clairement indiqué la voie à suivre, affirmant que cela doit faire l’objet d’un effort dans tous les secteurs et dans toutes les couches de la société.

Que faire?

Voici quelques outils pour promouvoir l'intégrité dans votre organisation.

S'informer

Abonnez-vous à notre newsletter bimensuelles pour recevoir les dernières nouvelles sur l'intégrité de l'eau.

Echanger

Vous promouvez l'intégrité de l'eau dans votre organisation ou dans votre région? Partagez vos expériences.

Apprendre

Découvrez comment d'autres organisations agissent et changent le secteur de l'eau pour plus d'intégrité.